Conférence AI: L’intelligence artificielle redistribue les cartes en entreprise/ Partage d’expérience de Séverine Picault

Pour sa première édition, qui s’est tenue à la Cité Universitaire Internationale les 6 et 7 juin, le coup d’envoi est réussi pour AI Paris. Que l’on soit un professionnel aguerri ou bien plus profane, c’est ici qu’il fallait se rendre pour tout connaître de l’intelligence artificielle. AI Paris, a rassemblé institutionnels, notamment les auteurs du Rapport France IA, des ingénieurs de Facebook ou encore de Google, des intégrateurs, des éditeurs et des start-up. Petit tour dans l’écosystème, en pleine effervescence, de l’intelligence artificielle.

L’IA a déjà atteint un certain niveau de maturité et augure de la prochaine révolution qui est déjà en marche. Le sujet est tout aussi vaste que passionnant : relation client, chat bot, revenue management, ou encore maintenance prédictive, les champs d’application sont nombreux.

En un mot, l’IA est une réalité pour de nombreuses entreprises – 38 % selon Forbes et s’applique à tous les domaines, industrie, santé, retail, bancassurance, …En outre, le marché devrait atteindre 36 milliards d’euros en 2025.

Un écosystème à consolider

Pourtant, l’écosystème français, bien que la France soit en 3ème position dans la recherche, n’est pas suffisamment structuré et manque de financement par rapport à la Corée du Sud, la Chine ou le Japon qui se sont déjà largement emparés de ces sujets. La mesure stratégique de l’IA a été prise en considération par l’ancien gouvernement qui a commandité un rapport intitulé France IA. Au terme d’un travail fastidieux de cartographie, les auteurs ont identifié et surtout mobilisé les acteurs des différentes filières : automobile, finance, santé, transport ferroviaire, relation client. Conclusion, le potentiel est bel et bien présent : 5500 chercheurs, 18 Masters, 80 PME et 345 start-up, dont 75% créées après 2013. Les prochaines initiatives, notamment un appel à projet pour la mise en place de plates-formes spécialisées pour collecter des données (le carburant de l’IA) devrait apporter une réelle dynamique.

Vous avez dit IA ?

En se promenant dans les allées du congrès on se pose la question de qu’est-ce que l’IA et comment la définir ? Voitures autonomes, assistants personnels, robots, dispositifs de diagnostics médicaux…Si bien-sûr, les développements sont déjà très avancés, dans l’immédiat, les applications concrètes sont largement déployées dans les entreprises de manière quasiment transparente.

Les machines apprennent vite

 

Les évolutions du deep learning où l’algorithme apprend au fur et à mesure et des réseaux neuronaux déjà entraînés – transfert learning – où ils acquièrent des couches spécialisées, permettent de développer des applications dans tous les domaines possibles. Par exemple une ferme japonaise a entrainé un petit réseau neuronal TensorFlow afin de trier les concombres dans différentes catégories, très nombreuses au Japon, selon des attributs liés au calibre, couleur, etc. Le tri se fait automatiquement et les agriculteurs peuvent se concentrer sur la qualité de leur récolte. Un concessionnaire de voitures d’occasions utilise le transfert learning pour apprendre au système à reconnaître les différents côtés d’une photo de voiture (avant, côté droit etc.) avant de pré-remplir automatiquement une fiche de renseignement sur le véhicule indiquant, le modèle et ses caractéristiques ; les vendeurs délèguent ainsi les tâches de saisie.

Réattribuer des tâches aux humains

La question de la place de l’IA le rôle qu’elle joue dans là la transformation numérique des entreprises a été abordée. Si elle peut parfois effrayer, les experts sont unanimes, ces solutions sont là pour accompagner les salariés qui peuvent se concentrer sur des tâches à valeurs ajoutée. En outre, la puissance de calcul d’une machine ne créé pas l’intention.

Vers une relation client plus personnalisée et plus fluide

Optimiser, personnaliser, renseigner en fonction du contexte, l’IA offre un niveau supérieur d’interprétation du big data pour des interactions toujours plus pertinentes. Les technologies pour échanger en langage naturel arrivent à maturité, comme ont pu en témoigner des dizaines d’exposants comme Botfuel ou la société de conseil Artik qui a déployé une intelligence conversationnelle au sein de la mutuelle MGEN pour renseigner les assurés sur leurs remboursements.

Désormais, les éditeurs enrichissent leurs solutions de fonctionnalités pour détecter par exemple les signes d’agacement du client à l’image d’Inbenta ou de ViaDialog qui analyse les signes non verbaux pour guider le téléconseiller. Si les réponses fournies sont trop statiques, le chat bot basculera alors vers un conseiller du back office. Ces solutions visent à améliorer la satisfaction du client en automatisant les parcours tout en captant des données sur les consommateurs qui n’étaient pas jusqu’à l’heure prise en compte.

D’ici 5 ans, la majeure partie des applis mobiles auront été remplacées au profit de ces chats bots. L’ouverture de sa messagerie instantanée aux agents conversationnels par Facebook en 2016 a favorisé de très nombreuses expérimentations.

Donner un nouvel éclairage au big data

L’IA offre également une nouvelle lecture des données cachées dans des images, sur les réseaux sociaux. Ces données nouvelle génération collectées puis traitées par des systèmes et interfaces cognitifs modifient les bases de décisions dans le marketing et le commerce (on line et point de vente). Par exemple, Factonics a développé un assistant virtuel qui fonctionne à partir des photos de mode prises directement par le client ou sur les réseaux sociaux comme Instagram ou Pinterest. Les algorithmes analysent l’image et détectent instantanément les produits présents sur l’image. Ainsi, grâce à cette brique d’IA, les internautes peuvent acheter les produits qu’ils ont découverts sur d’autres canaux. Ce type d’expérience est encore plus satisfaisant pour le client par rapport à une visite en boutique où il n’est pas assuré de trouver le produit qu’il désire.

L’IA est partout et déjà amorcé une grande mutation en entreprise où l’être humain devrait trouver sa place en ce concentrant sur des tâches plus créatives.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *